LA TÊTE DE L’EMPLOI ?

Publié le par ZEITNOT

 

Répondant à un journaliste qui avait le mauvais goût de l'interroger à propos du tribunal arbitral naguère mis en place, ce vertueux trio qui octroya 45 millions d'euros « au titre du préjudice moral » en sus d'autres versements, voulant justifier de l'indépendance et du parfait bien-fondé de sa décision, Madame Lagarde a rétorqué : est-ce que vous croyez que j'ai une tête à être copine avec Bernard Tapie ? On peut s'étonner que cette élégante boutade n'ait suscité ni analyse ni commentaires…

Répondre à une question par une question est une vieille technique dilatoire enseignée aux hussards de la vente à domicile casant des trousseaux, des ustensiles et des produits miraculeux ou d'édifiants ouvrages rassemblant les familles à la veillée. Autres seigneurs du baratin, les camelots, les bazardeurs de salons luxueux tout cuir, de cuisines, de cheminées, de vérandas et de pompes à chaleur usent aussi de cet artifice, mais les bataillons de ces professionnels de la subjugation et de l'entourloupe sont totalement surclassés par le personnel politique, élite pratiquant cette impolitesse brutale, cet irrespect absolu de l'interlocuteur, ce coup de pied bas et vicieux.

La tête à cela, je ne sais… Mais l'esprit oui ! La brillante carrière de cette Dame en atteste. Avocate d'affaire, et de renommée internationale aime-t-on nous seriner, c'est une experte en tractations alambiquées et secrètes, en arrangements douteux, en combines obscures visant à contourner la justice et les règles mais cherchant surtout à concocter des compromis entre des puissants fort peu honorables, requins de toutes sortes qui finissent toujours par s'accorder pourvu que ce soit le vulgaire qui paie les désastreuses conséquences de leurs malversations.

Enfin, si la Dame est une cheffesse dépourvue autant d'âme que de scrupules fonctionnant parfaitement dans cette machinerie du fric, elle n'est pas bien fine, une vraie gaffeuse ! Qu'a pensé le Président complice et obligé de l'escroc, aurait-il lui, aux yeux de Madame Lagarde, une tête à être copain avec Bernard Tapie ? Et quelles bassesses, quelles vilénies, quelles prévarications, quelles sordides canailleries prospèrent dans cette chaude intimité ?

 

J’espère que ceux qui meurent de faim en Somalie se sentiront honorés d’être en charmante compagnie, la France verse pour eux 30 millions d’euros, l’équivalent du chèque envoyé l’année dernière à Madame Bettencourt.  

 

Consolation BEETHOVEN Sonate Opus 109 par W.Gieseking

Enregistrement de 1955 http://youtu.be/D4hVyZmjUrQ

Enregistrement de 1939 http://youtu.be/dPR5iOnx9pE

 

images-7--copie-1.jpg

 

Publié dans DERISION

Commenter cet article

tanya 18/08/2011 17:58



Comme on dit que Mr Sarkozy est très grossier et coléreux je pense qu'il a dû enguilander Mme Lagarde. Lui qui aime Jhonny peut-être qu'il a crié : qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?



ANTO 15/08/2011 17:42



Salut ,on sent tout de suite que tu n'as pas une tête à être copain avec madame Lagarde.


Pour le reste rien de nouveau ,la France d'en haut engraisse encore plus ,et ceux d'en bas tirent de plus en plus la langue .



GEOTHERME 12/08/2011 20:13



Le nanard de l'histoire ,c'est le bon peuple béat devant le culot et la goujaterie de nos élites.



automne81 12/08/2011 19:05



bonjour zeinot ,


j'ai horreur des gens qui répondent aux questions par des questions!!


je crois moi que madame Lagarde a bien la tete à ça !!!


bises et bonne soiree...



Axel21 11/08/2011 17:56



Sous-entend elle qu'en cas de copinage avec Nanard, il aurait obtenu davantage? Tu vois, j'ai eu vite fait de piger le truc de la question. Je crois pourtant que dans cette histoire, l'affaire
Tapie n'est que la partie émergée de l'iceberg par rapport à l'Affaire du Crèdit Lyonnais dans son ensemble dans laquelle il est instructif de se replonger
(http://fr.wikipedia.org/wiki/LCL#Grosses_difficult.C3.A9s_et_incendie_du_si.C3.A8ge_central_parisien). Il y a tout là-dedans, un scandale équivalent à celui de Panama, une comptabilité qui
brûle, jusqu'à la créatin d'un CDR (concortium de réalisation - le lien vaut son pesant de magouille) chargé de récupérer le passif de la banque et qui, après diverses péripéties transfèrera à la
Caisse des Dépôts un trou de 16 milliards d'euros ! A ce niveau là, les sous de Tapie feraient presque figure d'aumône...