FLORILÈGE DE GRÜNFELD – TROIS

Publié le par ZEITNOT

début en FLORILÈGE DE GRÜNFELD - UN

 

Sans doute impressionné par la singularité de la mission qu’on lui avait confiée, le contrôleur de la douane le reçut avec une déférence empruntée et lui abandonna son bureau, on y avait installé la grosse cantine verte sur une table basse.  Dans le vieux sac rouge Millet modèle sherpa, en plus de ses chaussons d’escalade, il rangea une boussole, quelques coinceurs, du rappel, trois sangles à utiliser en Prusik, un anorak, deux thermos et un monoculaire de vision nocturne, la dernière merveille de chez ATN. Méticuleux, il vérifia que rien ne manquait dans le bagage d’acier avant d’en confier les clés ainsi que celles de sa voiture au fonctionnaire qui prit un air de conspirateur en enfouissant le trousseau dans sa poche.

Après l’achat de trois paquets de cigarettes et d’une revue, il prit un billet au comptoir Finistair. Peu de gens dans la salle du Terre et Mer… Trois couples genre « jeunes-vieux-nantis », un groupe de cinq hommes arborant la suffisance de ceux qui, faisant des affaires, se prennent pour les héros des temps modernes et tout au fond, absorbée par des mots croisés, une femme longue et sèche picorant à l’aveuglette dans son assiette de crudités. Le filet de cabillaud lui sembla plus honorable que la timbale de crevettes et la crème brûlée, la serveuse fut très embarrassée quand il lui demanda de faire remplir la thermos bleue d’eau fraîche et la rouge de thé très sucré, elle se consola de ses émotions en empochant le pourboire que seul un radjah aurait osé.

 

Au cours des deux heures précédant l’embarquement, tournant les pages du magazine à la cadence d’un lecteur attentif, ce sont deux parties de Smyslov qui l’occupèrent intensément. Dans la première l’inexact coup de cavalier G5 offrait aux blancs une nullité acrobatique mais certaine. Dans la seconde, le pusillanime placement du fou en A4 donnait à l’adversaire une attaque très compliquée mais gagnante. Fallait-il chercher quelque chose dans ce que Smyslov n’aurait jamais joué, mais qu’un Grand Maître moins fort aurait pu essayer ?  

 

Recroquevillés, ses deux compagnons de cabine surveillaient le plomb qui s’amoncelait à l’approche de Kerlaouenn, en sortant de l’avion ils poussèrent un grand soupir et se hâtèrent sous la pluie que le noroît furibard transformait en cataractes s'acharnant à tout noyer.

 

Il avait tellement parcouru Ouessant, ses chemins, ses grèves, ses falaises… Il en connaissait les fantasmagories hivernales et les féeries d’été, il avait galopé sur les landes, connu le sentiment d’apesanteur sur les mousses, presque volé par-dessus les massifs d’ajoncs et de bruyères, passé tant de nuits accroché à une falaise en écoutant le ressac vociférer quarante mètres plus bas... Il avait choisi de venir sur l’île pour le froid, pour le granit, pour… Il se dirigea vers le Stiff et, un peu avant la nuit, installa un rappel d’une quinzaine de mètres, un gros bloc instable lui servit de lest, puis il s’assura avec deux coinceurs.

 

Aux échecs, le sacrifice de matériel, à condition qu’il soit cohérent avec la position, que toutes les variantes soient suffisamment profondes et bien calculées, cette offrande empoisonnée de pièce ou de pion peut clarifier la situation ou donner un avantage définitif. Dans ces conditions, les puristes considèrent que le sacrifice est correct, autrement, avec un peu de dégoût, choqués par l’audace, les puristes parlent de sacrifice spéculatif… Il savait bien ne pas disposer de tous les éléments… La liste des lacunes était longue. Mais en venant à Enez Eusa il offrait à d’éventuels chasseurs l’occasion de l’éliminer, donc de se découvrir...

 

Un peu avant minuit, un gros zodiac puissamment motorisé déposa cinq hommes à l’embarcadère du Stiff, cinq hommes vêtus de combinaison en caoutchouc noir, cinq hommes athlétiques, cinq hommes vifs et furtifs, cinq hommes qui hissèrent un container dans lequel ils se servirent.  

À suivre éventuellement.

 

 

IN MEMORIAM…

SHIRLEY VERRETT

Mozart http://www.youtube.com/watch?v=KUqPZeZSIoU

Verdi http://www.youtube.com/watch?v=PVwKcjx7IOE

http://www.youtube.com/watch?v=5I4wBGRHoI8

Wagner http://www.youtube.com/watch?v=tM0SVA3b0XE

 

images-7--copie-1.jpg

Publié dans NOUVELLES

Commenter cet article

Axel21 07/11/2010 18:36


Le blanc a joué en premier, mais je sens venir la série noire.


anto 07/11/2010 05:28


De l'alpinisme à Ouessant c'est déja original mais si les nageurs de combat de Lorient arrivent ça promet !


ZEITNOT 08/11/2010 18:24



Évidemment Ouessant n’est pas la Corse, mais à la différence de Molène ou de Sein, c’est une île haute, certains à-pic
font une cinquantaine de mètres et offrent des difficultés. À Fontainebleau, le plus haut rocher -la dame Jouanne- n’atteint qu’une quinzaine de mètres et certains cailloux affichent modestement
cinq ou six mètres. Sur ce vaste terrain de jeu, on trouve des voies très difficiles voire extrêmement difficiles.           



Xavier lainé 07/11/2010 05:28


Bon, on va rester longtemps, là, suspendu au rappel?


BMB 06/11/2010 21:08


Tien! des plongeurs...


Fomahault 06/11/2010 19:15


je suis perplexe... comment un zodiac peut-il contenir 25 hommes... nannnn je rigole !
La suite ! la suite !