UN MONDE PARFAIT, QUELQUES CLÉS…

Publié le par ZEITNOT

L’histoire commence en UN MONDE PARFAIT - 1

 

Ceux qui ont la gentillesse de me lire l’ont remarqué, que ce soit dans les articles ou les nouvelles, l’utilisation du je est assez rare, pour une fois…

 

les idées…

 

Je dois celle des stagnants à un client du tavernier. Le doux être tient un blog assez innocent : retraité plutôt nanti, ancien petit patron si j’ai bien compris, il nous conte ses voyages aux îles et recopie sans vergogne des paragraphes qu’il glane ici ou là. Sa plume est trempée dans les revues géo et sciences et vie. Un portrait d’Einstein lui sert d’avatar, on mesure la modestie du personnage. Ces pratiques, un peu malhonnêtes, seraient fort anodines si notre guignol ne se prenait pas pour un grand esprit, hautement inspiré par les sciences. Interdisant son antre aux « philosopheux », c’est à l’assommoir, ragaillardi par l’ambiance délibérément raciste et la crasseuse sottise des propos publiés et échangés qu’il se défoule. Il y a quelques mois, on se doute que comme son gargotier je ne le visite plus, il affirmait tenir tous les arts pour absolument inutiles et rêvait qu’on enfermât peintres, musiciens et autres parasites dans des camps en les privant de toute aide. La brute augurait que ces sous êtres ne survivraient pas longtemps… On notera avec délectation que le nullissime ignore que l’immense Einstein vénérait Mozart, adorait la peinture, se passionnait pour la philosophie, abhorrait toute forme de racisme et militait contre la peine de mort. À ce crétin prétentieux, j’ai emprunté aussi la notion de suppression massive des « nuisibles », car, toujours chez l’infect cabaretier, usant d’une héroïque prosopopée, il citait un ami estimant qu’il fallait tuer les « nuisibles », mais qu’hélas on ne le pouvait pas. Les nuisibles étant essentiellement constitués par les habitants des cité dites sensibles. Le gargotier, on s’en doute, approuvait virilement et renchérissait. Les compères n’hésitent pas à crier… à mort.  

 

Le dépistage des enfants difficiles ? Nous connaissons les idées de notre Président relayées par sa ganache porte-voix, l’inénarrable F.Lefebvre. Au cours de la publication de cette nouvelle, après le chancellement de l’UMP, par allégeance aux FN on nous a promis le retour des maisons de correction. Gageons que d’autres idées issues du même putride tonneau ne vont pas tarder à nous être servies.  

 

les oncles…

 

Aux USA, des familles ou des femmes seules, toutes aisées, des wasps évidemment, consultent des catalogues de géniteurs, critères esthétiques et sociaux gouvernent leurs choix. Récemment un reportage nous a montré la réunion de trois cents jouvenceaux issus du même papa... Visiblement, les horreurs passées n’ont pas débarrassé certains esprits des tentations eugéniques. Par ignorance, des rapprochements ne sont pas faits. L’ignorance surtout lorsque l'on s'y complait me semble être le terreau des pires débordements, des pires abjections.

 

le forum…

 

internet, supermarché, mais aussi capharnaüm du nombrilisme et des vanités. Cet espace est ouvert aux expressions débridées, aux racontars, aux propos insanes. C’est une immense tribune, où, protégés par des pseudos, beaucoup expriment ce qu’ils n’oseraient pas dire à des collègues, à des proches, ou dans un lieu public bien réel.  Ce réseau joue un rôle croissant dont on ne mesure pas tous les effets. L’interactivité écourte la réflexion, hypertrophie les réactions et bien que chacun sache que l’on peut y dire n’importe quoi, la foi du charbonnier y règne.

 

l’êtrance, les utiles et les prem’s.

 

Vaste sujet. L’augmentation de l’espérance de vie bouleverse notre société, je lisais récemment une enquête rapportant que, pour les drh des grandes firmes, les personnels ayant atteint trente cinq ans étaient considérés comme des seniors. On vit donc de plus en plus longtemps, mais, de moins en moins longtemps on est employable. De plus, afin de favoriser l’augmentation astronomique des profits distribués aux actionnaires et aux spéculateurs, les sommitaux salaires et avantages servis aux dirigeants, les redistributions sociales deviennent difficiles, quelques fanatiques souhaitent qu’on les supprime. Bien qu’on la nie, la paupérisation des classes intermédiaires devient ce que l’on appelle une variable d’ajustement et un moyen de pression. On peut démonter l’absurdité monstrueuse d’une proposition en la menant jusqu’au bout. C’est pourquoi j’ai limité la durée de vie des utiles et accordé l’immortalité aux prem’s.

Beaucoup de gens ne sont pas sensibles aux ordres de grandeur…

Un exemple : le voyage d’un secrétaire d’état, cent seize mille euros, c’est, en se référant à une valeur moyenne cinq années de salaire… D’une infirmière. Cinq années de salaire… D’un professeur des écoles… Cinq années de salaire… D’un « jeune » chercheur en mathématiques. Un voyage !

Un ergoteur orfèvre en blabla  pourrait dire que je parle de salaires non chargés, qu’il ajoute les cent trente huit mille euros que C.Estrosi dépensa pour revenir à temps souhaiter l’anniversaire de son Président si vénéré, le compte est plus que bon !

 

divers

 

Tout le monde aura reconnu le comportement des drogués de la Bourse d’actions intersidérales.

Considérant que l’action se déroule dans plusieurs siècles, la plupart des matériels et techniques évoqués existent déjà. Par la numérisation vous avez vu le Titanic. On vous en montrera bien d’autres… Si l’on ajoute la volonté de captation et de manipulation qui va bon train, bien que de plus en plus informés, il vous sera de plus en plus difficile de dissocier le vrai du faux.  

 

la révolte des oncles.

 

Quelqu’un que je connais bien s’était vu proposer, il y a longtemps, de travailler dans la modélisation mathématique pour des applications nucléaires militaires. Malgré tous les avantages que cela présentait, salaires, facilités diverses et carrière, il court encore.  Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, bien qu’étiqueté matheux, l’obtus avait lu le Pantagruel. Alors les oncles se sont révoltés. À celui dont le narrateur nous a parlé, il a été facile de mettre en défaut des objets mathématiques qu’il avait conçus ou qu’il connaissait parfaitement. Je rassure renard, le massacre des stagnants n’était qu’illusion générée par le cyber-zzz.

 

confection

 

À propos des nouvelles, lorsque je commence une histoire, je n’ai pas de plan et je ne sais nullement où je vais aller, ni la tournure que prendra le récit. Une ambiance, un visage, un souvenir, parfois des lieux servent d’amorce, et puis…Pour ce qui concerne la rédaction, j’ose vous installer un lien vers une nouvelle qui explique comment je m’y prends. C'EST PEUT-ETRE CA...

 

plaidoirie

 

Par contact ou commentaire, on m’a reproché la longueur de certains articles. Je n’ai pas l’indispensable brio qui me permettrait en dix ou vingt lignes, de traiter des sujets graves ou complexes. Je réclame l’indulgence du jury.

 

 

RITA STREICH

Sur orange j’avais consacré tout un article à cette inoubliable coloratur…

DVORAK http://www.youtube.com/watch?v=DSLzYoGyVYM

WOLF http://www.youtube.com/watch?v=Q4pvdVps3Zo

MENDELSSOHN http://www.youtube.com/watch?v=Glc8Fwvxn7Y

MOZART http://www.youtube.com/watch?v=COAptyz_GRY

Saint-Saens  http://www.youtube.com/watch?v=sfyxGzvDSpY

 

N’oublions pas…

 

images-7--copie-1.jpg

http://dons.fondationdefrance.org/netful-presentation-association/site/fdf/default/fr/donations/index.html

Publié dans IDEES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

D.KELLER 11/04/2010 18:04


L'affichage des commentaires m'a permis lire la critique de fusette et la réponse cinglante mais méritée. Comment peut-on oser agir ainsi ? C'est l'aveu de beaucoup d'aveuglement.J'ai visité le
blog en question il démontre que si la critique est aisée l'art est difficle.


D.KELLER 11/04/2010 17:59


Seulement 12 chapitres, j'aurais tant aimé que cette nouvelle continue, quel plaisir de lecture qui amène à réfléchir à notre monde et à notre avenir.


Laurence_philo 10/04/2010 14:44


J'ai été passionnée par cette nouvelle comme toujours servie par un style brillant et inventif. Les idées développées font froid dans le dos. Mais comme vous le faites observer, par certains
aspects on y est déjà. Ce texte qui associe une profonde réflexion et un suspense savamment entretenu méritait mieux que la réaction réductrice à laquelle vous avez justement répondu.La médiocrité
s'accomode mal de ce qui est fort et talentueux. Ceux qui ont du plaisir à vous lire attentivement ne peuvent que déplorer de telles insuffisances chez certains de vos visiteurs qui démontrent
cette ineptie qu'internet entretient : tout se vaut. Il ne faut pas confondre le droit à l'expression et et la qualité de l'expression. Je le dis sans cesse à mes élèves.


tanya 07/04/2010 15:17


Ces explications renforcent les impressions que j'avais. Je trouve la réponse à Fusette très juste. Je pense que si on ne lit pas quelque chose en entier on devrait s'abstenir de commenter. Ce
n'est pas qu'on reconnaisse des gens ignobles qui compte mais pourquoi ils sont ignobles. C'est dommage de s'attacher à ce point là seulement.


jetesurveille 06/04/2010 23:19


Tu n'es qu'un vieux détritus et un jour tu finiras par payer tes agressions.