MONSTRUEUX ISF

Publié le par ZEITNOT

 

Une enfance difficile…  Car à la maison il fallait faire très attention. Pensez donc, entre les commodes et les chiffonniers, les guéridons et les cylindres, les vitrines et surtout les consoles dorées à la feuille, les bergères, les méridiennes, les cabriolets, au milieu de tout cet inconfortable capharnaüm Louis XV, la vie n'était pas drôle.  Migeon, Avisse, Dubois, des artistes ? Je t'en fous moi, des sadiques !  Et les croûtes… Chardin, Boucher, Coypel, Lemoyne, plus des excentriques… Pissaro, Corot, Van Dongen, et même quelques décadents… Seurat, Modigliani, Klimt, pas folichon tout ça, pas beaucoup de place pour les photos de Marilyn et de Rita, mes nuits étaient moroses. Et puis c'était du fragile chez nous, pas trop possible de jouer aux petites voitures ou au yoyo dans le salon; pas question non plus de se vautrer sur un canapé en rentrant du tennis, ni de découper les pages des ouvrages de bibliophilie pour en faire des cocottes ou des avions ! Et l'argenterie… Si lourde ! Et la fragilité des Sèvres… Toute l'histoire qu'on me fit pour avoir essayé ma carabine à plomb sur une collection de Hannong. Invivable je vous dis. À quoi bon raconter ma terne existence ? Pas intéressé par les études mais scrupuleux, j'ai très tôt travaillé chez mes parents, de besogneux commerçants antiquaires. Au fond de la boutique je me suis occupé des écritures et de la surveillance du petit personnel. Pas de la tarte ! Quarante cinq années de labeur gris. Une épouse austère, perdue depuis seulement quatre années, deux enfants qui maintenant font des affaires dans les îles grâce à quelques judicieuses restructurations de patrimoine. L'héritage ? Parlons-en…Heureusement que mes parents avaient pris leurs dispositions : le pécule suisse a permis de payer les droits de succession et de laisser chez les helvètes une poire pour la soif. Mes biens ? Pas grand-chose, l'humble demeure où j'habite près d'Arcachon et un minuscule pied-à-terre parisien. Bref, je suis un obscur retraité, ma pension n'est pas bien grassouillette. La preuve ? Mes revenus sont si modestes que le bouclier fiscal ne me concerne pas, tant s'en faut ! Tout irait à peu près bien, je ne suis ni difficile ni exigeant, mais voilà, Nosferatu est d'une voracité monstrueuse, je suis assujetti à l'ISF !

 

Sept mille deux cent soixante quinze euros, rien que ça ! Quatre mois de pension ! Alors je fais quoi moi ? L'entretien de mon chien n'est même pas déductible, et pourtant il bouffe le doberman ! Il va falloir que je me prive cruellement. Des restrictions… à mon âge… Un scandale ! J'hésite entre la suppression de mes deux petits voyages aux Antilles et les services d'une très accorte femme de ménage aussi affectueuse que compréhensive, patiente de surcroît. Quel dilemme, un martyre cornélien. Voilà où des gens comme moi, des bons citoyens, des Français de souche en sont réduits. Quand je vois la gabegie, tout ce que l'on distribue aux flemmards, aux va-nu-pieds, j'en ai les sangs en ébullition, le soir je caresse mon vieux Gastine Renette, il va falloir revenir aux fondamentaux.

 

N'hésitez pas à consulter ce site, la liste des bien exonérés est édifiante. Et calculez votre ISF !

http://www.calcul-impots.net/calcul_isf.php

 

L'information vaut bien un denier pour le nécessiteux... 

 

 

GOUNOD

http://www.youtube.com/watch?v=BP11CUEcMMc

BREL

http://www.youtube.com/watch?v=dCHi5apc1lQ

http://www.youtube.com/watch?v=wwkvetuJTso

 

N'oublions pas…

images-7--copie-1.jpg

Publié dans DERISION

Commenter cet article

Renard 16/04/2010 20:07


Si pour payer l'ISF on comptabilisait les ennuis, je crois que je la paierais..


D.KELLER 11/04/2010 17:53


Humour dévastateur qui fait réfléchir...Commentaire de BMB très drôle.


anto 10/04/2010 14:40


Si l'on veut bien se remémorer qui a crée l'ISF on comprend vite le pourquoi de la chose !


fomahault 09/04/2010 10:01


Edifiante la liste de tout ce qui n'est pas soumis à l'isf, je m'en vais transformer mon patrimoine foncier en oeuvre d'art !


BMB 08/04/2010 19:13


Etant moi même dans la misère je ne peux que te conseiller soit de manger le chien avec la femme de ménage soit de manger la femme de ménage avec ton chien suivant tes préférences
gastronomiques.

Je l'adore celui là