LES PASSE-TEMPS DE MADAME DANNIOU - FIN

Publié le par ZEITNOT

début en  LES PASSE-TEMPS DE MADAME DANNIOU - 1  

 

En déjeunant la dame se remémora la scène du supermarché, son repas n’en fut que plus savoureux, le café avalé elle fit appeler un taxi. Le chauffeur, comme beaucoup dans la région, se montra bavard. Bien vite ils parlèrent des touristes, l’homme n’y voyait que des inconvénients.

—  On peut plus circuler, peuvent pas faire cent mètres à pied, y s’garent n’importe où, alors nous qu’on bosse on satisfait pas bien les résidents d’ici vu que les courses sont plus longues et plus chères, sans compter ceux qui viennent en motor-home avec toutes leurs provisions achetées ailleurs et ça profite pas ici, et ceux qui font du vélo qui se croient tout permis, faut faire attention à leur place, faut avoir quatre zyeux, moi le soir je suis vanné ;les restaurants, faut pas croire y gagnent plus autant qu’avant, quand ça prend à la carte ça bouffe une entrée pour deux, autrement c’est le petit menu. Regardez-moi ce fada sait pas où y va, encore un parigot de merde, je m’excuse Madame, tenez chez José, mon cousin, il a même vu un couple se taper le spécial enfant ! Des adultes Madame, des adultes !  Et puis ça boit de la flotte ou un quart, et c’est exigeant, et ça traîne comme pour un gueuleton, pas étonnant que la belle clientèle se fasse rare, on peut dire ce qu’on veut ma bonne dame, la quantité ça remplace pas la qualité.

reconnaissant un homme pensant à sa convenance Philippine acquiesça, attisa puis orienta la conversation vers des sujets plus importants. L’assistanat et l’insécurité, et vous verrez avec tous ces magrébins bientôt il faudra se convertir, et ces roms des pillards, et cette sale gauche donneuse de leçons elle est belle maintenant avec ces révélations sur les appétits sexuelles insatiables et brutales de Dominique nique nique ! Heureusement qu’en mars Gregory Gennaro, un jeune cadre FN très prometteur a bien progressé aux cantonales, est-ce que vous surfez, allez donc sur le site Agoravox, c’est réconfortant. L’arrivée au square Georges Haffner mit fin à ce noble prosélytisme. Comme beaucoup de Bandolais Philippine déplorait l’état de ce jardin, c’est une grande amie de la nature surtout des fleurs et des oiseaux, les humains c’est une autre affaire, après sassage il ne reste pas grand monde.

 

De son sac elle sortit des gants spécialement conçus pour les épineux, une épaisse poche de cuir contenant ce quelle appelait ses gendarmes et un râteau d’enfant. Durant une heure, dans les fourrés, elle sema parmi les herbes rases des clous et des bouts de ferraille rouillée provenant de la démolition d’étagères qui avaient encombré une partie de sa cave, tranchante la ferraille, des tessons aussi, avec l’outil elle dissimulait tout cela en ramenant un peu de terre. Les salauds qui ne respectent rien en ne tenant ni leurs chiens ni leurs enfants n’auraient que ce qu’ils méritent. D’une cabine elle téléphona chez sa boniche dont le mari travaillant de nuit roupillait tous les après-midi, un syndicaliste, la souillon s’en était vantée. Au bout une voix fatiguée qu’elle traita de sale connard, vingt minutes plus tard elle recommença. La mère de l’ouvrier était hospitalisée pour des soins palliatifs, donc la famille ne coupait pas la sonnerie, l’aubaine. Ceux qui fréquentaient Philippine, des gens de son âge partageant ses opinions ou ne les heurtant pas, ou par chance n’abordant pas les sujets brûlants auraient été surpris car, très urbaine avec eux, elle savait dissimuler ses penchants pour la violence et la grossièreté. Finalement assez sotte, mais terriblement prétentieuse, elle comprenait souvent de traviole alors son impulsivité la déchaînait, bien sûr toute attaque dirigée contre le FN et ses sympathisants la faisait exploser. À une terrasse elle but une grande orangeade bien glacée en mettant son carnet à jour puis marcha un peu avant de monter à bord du bus menant à proximité de Carrefour. Dans le magasin, souriante, feignant la rêvasserie, elle déplaça trois chariots pendant que les gens auscultaient les rayons, elle ôta et ajouta des articles dans quatre autres eux aussi laissés sans surveillance, du bon travail vite et bien fait. L’heure du rendez-vous approchant elle se rendit à la station-service tout au bout du parking.

 

Ah ! Comme elle aimait le cérémonial du salon, son ambiance feutrée, ses viennoiseries, ses ravissantes pâtisseries et ses friandises. En compagnie de ses copines, le mot la rajeunissait, elle faisait mille manières, plus aisée que les autres elle régnait, pas seulement par la situation…Dans ce cercle de vieilles pies, deux anciennes commerçantes ayant prospéré dans des magasins de mode, une autre dans la coiffure et encore une autre heureuse veuve d’un important garagiste de Toulon, elle jouait l’aristocrate mais surtout la savante, la fine lettrée, parmi les grabataires l’unijambiste est dnaseuse étoile. Quel bonheur le jour où elle avait écarquillé les yeux bovins de ses groupies en citant Jacques et Louis, les cruches avaient pensé qu’elle avait fréquenté Audiberti et Aragon. Désigner les auteurs par un prénom… Son luxe, sa manie, son vice, sa fatuité. À vingt heures ses admiratrices la déposèrent chez elle. Une dernière mise à jour du carnet, un plateau léger en compagnie de ses merveilleux ailés. Elle s’endormit vautrée devant la télévision de sa chambre.

Un grand bruit l’arracha du sommeil. À force d’en parler on y croit. La peur lui broya les côtes et lui mit du salpêtre dans la bouche. Quelqu’un avait forcé la porte du jardin, un rôdeur, peut-être un rom, ou pire encore… Munie du pistolet Mauser Parabellum que son grand-père lui avait légué elle descendit. Trop ciré l’escalier… Elle finit en bas le fondement douloureux. La police ne tarda pas, dans sa chute elle avait tiré. À la clinique on diagnostiqua une fracture du coccyx et on la renvoya chez elle au bout quarante huit heures.

 

var matin

terrible mamie

 

étrange histoire, Madame xxxx honorablement connue de ses voisins est une véritable délinquante. À la suite d’un accident on a trouvé chez elle une arme de première catégorie non déclarée, un édifiant carnet relatant ses nombreux méfaits : déprédations de véhicules, abandon d’objets mettant en danger la sécurité des personnes, larcins divers et d’autres infractions. En tout, une centaine de délits au cours de ces deux dernières années. Interrogée par la police judiciaire, la suspecte aurait déclaré : je suis fière de ce que j’ai fait c’était dans un souci de justice.  

 

 La lecture d’un excellent article chez Axel http://axel21.over-blog.com/article-levons-nous-79147616.html m’a fait penser à proposer…

 

VERDI

 

NABUCCO  RENATA SCOTTO chante Abigaille

http://youtu.be/5uTqXDIr-is

http://youtu.be/U0CHNJq1G34

Dans le requiem elle est aussi envoûtante…

                                                                             http://youtu.be/wn8DHzbPgVU

 

 

 

images-7--copie-1.jpg

Publié dans PORTRAIT

Commenter cet article

Axel21 19/07/2011 18:51



Quel affront, la tatie Danièle du front l'a dans le fion ! Délicieux portrait de la bêtise ordinaire même si évidemment, toute ressemblance...



ballendar 14/07/2011 20:56



Un plaisir à lire; le personnage est un concentré de plusieurs que j'ai dû rencontrer dans la vie, mais elle celle-ci est particulièrement gratinée (comme on dit chez nous). 



Laurence_philo 14/07/2011 19:37



Après "têtes à claques', "taverne brune" vous nous offrez "portrait". C'est sûrement juste et le talent est là. Le talent qui autorise une certaine férocité, le talent qui réduit les imbéciles et
ne leur laisse que l'insulte. J'ai remarqué que quetion ignore tout de l'impératf, impérativement il devrait retourner à l'école. J'ai bien ri merci.


Mes parents ont eu une voisine très "bon genre", à l'occasion d'un accident on s'est rendu comte que c'était une anonymographe d'une méchanceté effrayante et qu'elle empoisonnait des chats dans
le quartier.



question 13/07/2011 21:33



Tu continues à vomir ta bêtise et ta haien de tout ce qui te dépasse et tu fais de la délation Mister Jacques Vignon retournes  vite voir tes putes si tu as du mal à trouver regardes
tes coms il y en une  qui t'adore pauvre tâche et elle est plus jeune qu' Arnothy.



fomahault 12/07/2011 21:41



elle est tombée sur un os ! justice est faite !