FLORILÈGE DE GRÜNFELD – HUIT

Publié le par ZEITNOT

début en  FLORILÈGE DE GRÜNFELD - UN

 

Tournant le dos à la tenture il se cala dans le fauteuil. avec célérité sa rétine si riche en bâtonnets le renseigna et, de la familière grisaille, contours et volumes se distinguèrent nettement. Précieuse nyctalopie… De la même façon que les autres fois, la femme de chambre avait regroupé journaux et revues juste à côté de l’échiquier, mais… Mais ce soir… La situation était différente de celle qu’il avait laissée. Cinq coups de plus jusqu’au sublime Dame va en c7 ayant permis à Czerniak de ruiner les espoirs de Winz*. Si l’accorte blondinette avait dérangé les pièces par un geste maladroit ou un coup de plumeau intempestif, la position qu’elle avait installée tenait du miracle, il ne lui restait plus qu’à cocher un bulletin d’Euro Millions sans tarder. En bas on délaissait Terpsichore au profit de Melpomène, un karaoké était lancé.

Dans ses muscles traînaient encore le froid et la fatigue. Dans sa tête, concernant la présence, une espèce de calme indifférent et insensible. Seul, il aurait pris une douche puis, peut-être, le regard morne serait-il passé d’un programme à un autre en attendant le sommeil. Fusant du rez-de-chaussée, le tintamarre des artistes l’empêchait de repérer le moindre bruit provenant d’à côté.

 

Quatre missions au cours des treize années écoulées. Dès la première, il avait envisagé que la mort faisait partie de ce qu’il appelait la chose. La mort n’est rien avait-il toujours pensé, ce qui importe c’est la manière. Les livres et les films traitant de son type d’activité lui semblaient hautement fantaisistes, mais comment intéresser le public à ce sujet sans épicer les faits, les ornementer d’aventures, les enluminer de palpitants exploits ? Son passé ne comportait ni voyages lointains en des lieux extraordinaires, ni poursuites haletantes, ni bagarres sauvages. Il avait couru bien plus de risques dans les Alpes ou les Dolomites. Du travail pour Brochant la peur était absente puisque l’éventualité du mat avait été acceptée dès la signature du premier contrat. Il savait que les gens comme lui décèdent très ordinairement et sans fanfares glorieuses. Peu meurent d’une balle finement ajustée, aussi peu d’un accident inattendu et broyant.  Comme tant de gens ils finissent dans leur lit, vieux et malades, souvent seuls car leur singularité les a coupés des autres.

 

On se fatiguait en bas, le chœur mollissait, les applaudissements avaient autant de vigueur que des pétards humides. Un peu plus tard le boucan gagna les couloirs où les portes claquèrent au nez de regrets chancelants et imbibés. Quelques heurts contre le mur, un bruit de chute, un autre, encore un autre, des toux et des ricanements ; par l’œilleton il vit sur la moquette la grande blondasse empêtrée de deux rondouillards luisants et débraillés mais audacieusement câlins, puis, cahin-caha, le trio s’éloigna. Éconduits par leur princesse, les deux hommes repassèrent devant le judas en se rajustant, écarlates et penauds.

 

Juste après qu’il se fût rassis, le silence. Enfin.  Et puis, derrière le velours, une inspiration très courte… Quinze secondes… Une infime expiration. Il écouta cette vie trois minutes, et entendit un frôlement dans les plis du tissu, et la sonorité du glissement des anneaux sur la tringle, et un pas.

 

À suivre éventuellement.

 

*winz - czerniak, championnat de Palestine 1939. Défense Grünfeld, évidemment.

 

Le trop méconnu PIETRO NARDINI

 

Adagio du Concerto en mi mineur

http://www.youtube.com/watch?v=RzfF4WTVnoc

Allegro du concerto en la majeur

http://www.youtube.com/watch?v=wahjzgF78ss

Allegro du concerto en sol majeur

http://www.youtube.com/watch?v=i9WALsRQ_dE

 

 

images-7--copie-1.jpg

 

 

 

Publié dans NOUVELLES

Commenter cet article

BMB 14/11/2010 21:07


le neuf !!!! vite !


anto 13/11/2010 16:41


Peut être enquêtera t'il sur les sources des journalistes .


Axel21Bonsoir Kinou. 12/11/2010 21:46


Tu mets pat...