FLORILÈGE DE GRÜNFELD – DIX

Publié le par ZEITNOT

début en   FLORILÈGE DE GRÜNFELD - UN

 

Il sut. Il sut mais ferma les yeux. Dans le vaste univers de la composition échiquéenne l’analyse rétrograde* qui est une forme de problème, invite à reconstituer la séquence de coups ayant amené une position. Au cours de sa vie, qui n’a jamais rembobiné le temps afin de savoir comment il en est arrivé à telle ou telle situation ?

Il sut que l’autre avait encore visité la chambre, il fut même certain que la tenture était tirée, que l’autre était dans l’alcôve, que l’autre n’avait rien dérobé, que l’autre n’était pas hostile. Oui… Dans l’air… Une senteur qu’il n’avait pas décelée hier soir tant son nez était encombré par les remugles souterrains, l’âpreté du fuel, l’acidité de la mer, et le tabac, et sa propre transpiration. Et puis ce matin, le carnaval d’effluves escortant le petit déjeuner, avec en plus ces odeurs têtues d’amande et de coco valsant autour de la blondinette. Ces exubérances olfactives avaient bousculé la ténuité d’une fragrance énigmatique... Raffinée…Capiteuse.

 

Sur la table une enveloppe format italien où murmurait la même écriture. Des informations, des confirmations, des questions et une proposition de rendez-vous tracées sur le bristol mauve... Après être allé ranger les sacoches dans le coffre, il s’octroya vingt minutes et deux cigarettes qui lui permirent de flâner près de la flottille de plaisance amarrée aux pontons colonisant la rivière. Quand les derniers chalutiers, les derniers sardiniers s’étaient-ils mis l’âme à terre ?

 

Au bout du lit, sur la banquette, des vêtements soigneusement pliés près d’un grand sac de voyage. Pour avoir l’air d’une créature comique il ne manquait plus au pouf affublé de la couette et coiffé d’une abondante perruque rousse très frisée que deux calots, une grosse truffe et une bouche rigolarde. Trois paires de bottes montaient la garde près de l’autre. Sous le drap, l’autre. L’autre était longue, mince. Lisse, sa chevelure aux reflets d’ébène laquée, après avoir dessiné un écrin à l’ivoire du visage grave et doux... Caressait les reins de la dormeuse.

 

À gauche du plan supportant les vasques, une brosse, un peigne, quelques accessoires et produits de toilettes, et puis… Un flacon violet, Poison de chez Dior. D’abord une froideur puissante et peu à peu une fine pluie très chaude, longtemps. Après la douche il regagna le salon, s’habilla et répondit aux questions en s’appliquant, puisque bien des gens lui avaient reproché son illisibilité. Il indiqua l’itinéraire menant au lieu de rendez-vous dont il fixa l’heure.

 

Deux cents kilomètres d’errance… Les bourrasques secouaient l’habitacle, les trombes projetaient sur le pare-brise des lueurs affolées que des ombres ogresses déchiquetaient, et le vent hoquetait, et il raclait, et sardonique…Il ricanait.

Aussi brusquement qu’elle était apparue, la tempête fut engloutie par la noirceur de la nuit. Des lacets menant à Saint-Michel de Brasparts il voyait quelques lueurs poindre l’ombre statique. Des veillées tendres enguirlandées d’aveux ou de promesses, des veillées joyeuses étoilées de rires, des veillées angoissées au chevet d’un malade. Ces imaginations lui rappelaient un bivouac nocturne accroché dans la formidable paroi nord de l’Eiger, pas loin de la traversée Hinterstoisser… Toutes ces vies normales devinées à Grindelwald, et le danger que l’on assomme dans sa tête, et la souffrance. Une solitude absolue.

 

Une fois la voiture garée, il enfila son sac et gravit le chemin menant à la chapelle érigée au sommet de Ménez-Mikel, bien moins vertigineux que l’Eiger, mais cette nuit… Peut-être fatal.

 

* La composition échiquéenne comporte différentes disciplines : problèmes en N coups, études, analyses rétrogrades, échecs féeriques. Dans ce récit il s’agit d’une analyse rétrograde de type « derniers coups ».

 

À suivre, éventuellement…

 

 

Encore quelques instants de bonheur avec Michala Petri

http://www.youtube.com/watch?v=LVYy1XW76dU

http://www.youtube.com/watch?v=2rX8FIBqKiM

http://www.youtube.com/watch?v=u7kS0tvwxuk

 

Et remerciez fomahault qui m’a fait découvrir…

http://www.youtube.com/watch?v=ifKKlhYF53w

 

images-7--copie-1.jpg

Publié dans NOUVELLES

Commenter cet article